Mardi 21 novembre, 20 h 30. Les vaccins : éclairage historique d’un sujet qui pique

En avril 2015, alors qu’une pétition sur les dangers de certains adjuvants dans les vaccins recueillait près de 100 000 signatures, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, déclarait : « La vaccination, ça ne se discute pas ».

En 1804, les préfets de l’Empire faisaient placarder des affiches sur les églises et les mairies affirmant « la vaccine n’est plus, et ne doit plus être un point de controverse » ou encore « Habitants ! La vaccine n’est plus un problème ; ses avantages ne peuvent plus être contestés ».

Comment se fait-il qu’on retrouve dans ces affaires de vaccination et à deux siècles d’écart la même hantise de la discussion ?

Pour répondre cette question, Jean-Baptiste Fressoz, historien au CNRS, exposera comment en 1800 à propos du premier vaccin, celui contre la variole, s’est mis en place une politique directive pilotée par des experts et excluant toute ouverture de discussion avec le grand public.

Venez nombreux en discuter au Caf’ca !

Attention, nouveau lieu, ce sera au café Bellevue, 59 avenue Artistide Briand (sur la N20, à l’angle de la rue des Jardins)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *